Réarmement de printemps

riva ready

Dans le cas où le bateau a passé l'hiver à flot, une mise au sec en début de saison est nécessaire pour procéder au nettoyage et à l'inspection de la coque. D'abord, soigner la carène. Il est indispensable d'avoir des œuvres vives propres et lisses pour optimiser les performances du bateau et la consommation de carburant. Après un nettoyage sérieux, contrôler si la carène ne comporte pas une accumulation de couches successives d'antifouling, ce n'est pas très joli et c'est tout à fait inutile. Décaper des anciennes couches et appliquer un antifouling de bonne qualité adapté au programme et à la zone de navigation..

A bord des bateaux à moteur équipés de hors-bord, de Z-drive ou de modules orientables, procéder au contrôle général et à l'entretien complet des transmissions. Il en sera de même pour les voiliers équipés de transmissions sail-drive. Pour les embases en aluminium, utiliser un antifouling adapté. Quant aux transmissions en ligne d'arbre, contrôler le jeu des paliers hydrolubes et celui des mèches de safrans. Examiner l'état des hélices et contrôler ou remplacer les anodes. Sur les voiliers avec lest en fonte, traiter les éventuelles traces de corrosion..

Les œuvres mortes de la coque doivent être lavées et soigneusement lustrées avec une crème et une polisseuse adaptées. Un bon lustrage supprime le farinage du gelcoat ainsi que les petites éraflures, retarde le jaunissement des coques blanches et offre un bel aspect au gelcoat de couleur si celui-ci a été décoloré par la lumière. Le lustrage protège également le gelcoat et empêche l'accumulation de salissures. Les éventuels éclats ou éraflures dans le gelcoat peuvent engendrer des infiltrations d'eau dans le stratifié et doivent impérativement être réparés.

Sur le pont, procéder également au lustrage et à la réparation d'éventuels éclats dans le gelcoat afin de préserver son état et ses qualités structurelles surtout s'il est réalisé en sandwich polyester-balsa ou mousse. Rechercher et aveugler les éventuelles voies d'eau qui pourraient survenir au niveau de la fixation des pièces d'accastillage. Entretenir le teck du pont avec un produit adapté. Nettoyer, lubrifier et lustrer l'accastillage. Contrôler l'état du mouillage et des manilles, vérifier les amarres. Nettoyer les tauds et les défenses.

Procéder à l'inspection et à l'entretien du gréement.

Si cela n'a pas été réalisé lors de l'hivernage, procéder à l'entretien complet des moteurs sans oublier les remplacements périodiques recommandés. Dans tous les cas, effectuer un contrôle général rigoureux des organes de propulsion, des équipements techniques de bord, des circuits d'alimentation, circuits de refroidissement, circuits hydrauliques, circuits électriques et circuits de gaz domestique avant la remise en service. Nettoyer les fonds et le compartiment moteur qui doivent toujours rester propres et secs.

Contrôler l'état des vannes de passe-coque, elles ne doivent pas présenter de traces de corrosion et doivent fonctionner librement sans forcer. Vérifier l'état des flexibles.

Procéder au grand nettoyage intérieur sans oublier les réfrigérateurs et les sanitaires. Rincer les réservoirs d'eau douce après les avoir désinfectés.

Ventiler convenablement l'intérieur du bateau par beau temps en ouvrant les hublots et panneaux de pont en laissant tous les coffres ouverts pour faire disparaitre les éventuelles traces d'humidité.

Contrôler l'état et le fonctionnement des appareils électroniques de navigation et de communication.

Vérifier le radeau de survie et les extincteurs. Procéder à l'inventaire et à la vérification de l'armement de sécurité et des trousses de secours. Contrôler les dates de péremption.

Pascal Barbier
Expert maritime
www.yachtexpertise.be